L’URGENCE AUJOURD’HUI: NE PAS SE TROMPER DE MOMENT ET D’ADVERSAIRE

Publié le par Xavier GARBAR

L’URGENCE AUJOURD’HUI:   NE PAS SE TROMPER DE MOMENT ET D’ADVERSAIRE

Le moment venu, il sera temps de dire les choses…Mais le moment n’est pas venu !

Certains trouvent peut-être les articles de ce blog trop élogieux ou trop indulgents avec la politique menée durant ce quinquennat. Il est vrai que je ne cache pas mon soutien à ce gouvernement et je le revendique.

Pourtant, les choses ne sont pas si simples.

Non je n’approuve pas toutes les décisions (ou les non-décisions) prises, non je ne voue pas un culte à François Hollande ou Manuel Valls,

Non, je ne trouve pas la gauche (et le parti socialiste en particulier) parfaite et exempte de défauts.

J’ai même beaucoup à dire sur tous ces sujets. Et j’en ai même parfois « gros sur la patate » comme on dit !

Mais il se trouve que, pour moi, on ne doit pas dire tout ce que l’on pense, à tout moment, en toute circonstance, sans se soucier des conséquences, juste pour se faire du bien, ou se faire bien voir, ou, parfois même, juste pour se faire voir tout court.

La gauche est ma famille, le parti socialiste le mouvement où j’ai choisi d’exercer mon devoir de citoyen, c’est en leur sein que je ferai d’abord connaître mes louanges ou mes critiques.

Je pense qu’ils en ont bien besoin et le moment viendra où ce sera un devoir de s’exprimer, publiquement le cas échéant, pour participer et alimenter un débat nécessaire.

Mais le moment n’est pas venu !

Aujourd’hui, dans les semaines et les mois qui viennent, le seul débat possible, le seul qui vaille de dépenser son énergie, le seul qui doit être proposé aux citoyens de ce pays, oppose deux et peut-être trois, projets de société :

  • La république sociale », la « République indivisible, laïque, démocratique et sociale » de l’article 1 de la Constitution, une société où l’économie de marché, nécessaire et incontournable, est encadrée par des lois régulatrices, protectrices des salariés, des personnes fragiles et de l’environnement, où les services publics, le système de protection sociale et la fiscalité contribuent à réduire les inégalités issues du libre jeu du marché, où des domaines entiers de la vie sociale sont protégés de la loi du profit, Santé, Education, Culture, Sécurité, etc.,

Ce modèle de société est déjà une réalité imparfaite certes, mais palpable et appréciable dès lors qu’on veut bien comparer avec le reste du monde. Il est issu des conquêtes républicaines depuis deux siècles, des luttes sociales, des réalisations des gouvernements progressistes.

Mais il reste un projet, car bien des progrès restent à accomplir pour tendre vers l’idéal républicain de Liberté, Egalité et Fraternité (entre autres : le plein emploi, la sécurité sociale professionnelle, l’éradication de toute pauvreté, la transition énergétique, …etc.)

La plupart des acquis durables ont été obtenus lors des périodes historiques où la gauche détenait ou participait au pouvoir. Toute interruption de sa présence au sommet de l’Etat constitue donc un danger majeur de retard pris dans la construction de la République Sociale, voire de déconstruction ou carrément démolition de celle-ci.

  • Le modèle libéral-conservateur

La droite française du XXI ème siècle, telle qu’on la perçoit clairement au travers des programmes de ses divers prétendants est loin de la droite gaulliste et keynésienne des trente glorieuses, laquelle partageait avec la gauche un certain nombre de valeurs progressistes, issues notamment de la Résistance au nazisme. La droite d’aujourd’hui s’est entièrement et ouvertement convertie à l’ultralibéralisme anglo-saxon, dans le sillage de Reagan et Thatcher, renouant ainsi avec les vieilles théories classiques de la droite conservatrice du XIX ème siècle. Son programme est clair : diminution drastique des dépenses publiques, suppression de plusieurs centaines de milliers de postes de fonctionnaires et donc démantèlement de pans entiers du service public, diminution des aides sociales, hausse de la TVA qui frappe tous les ménages, allègement des impôts des plus riches, suppression de l’impôt sur la fortune, allongement de la durée de travail sans augmentation des salaires, recul à 65 voire 67 ans de l’âge légal de départ en retraite, telles sont les principales mesures portées par tous les candidats à la primaire de la droite, dont les querelles, on le voit, ne portent pas sur le fond de leur programme.

C’est ni plus ni moins le modèle de société français qui est visé et dont la déconstruction est le rêve de tous les réactionnaires depuis la Libération et le programme du Conseil National de la Résistance qu’ils avaient été contraints d’accepter alors.

  • Le populisme autoritaire antirépublicain

         Le risque est maintenant avéré : la possibilité d’une victoire de l’extrême        droite populiste, xénophobe, autoritaire et réactionnaire est, dans le       contexte idéologique et politique actuel, une hypothèse crédible.

Contexte idéologique : pertes de repères à gauche, dédiabolisation du Front National, perméabilité de la droite classique aux thèses d’extrême droite.

Contexte politique : désaffiliation d’une partie de l’électorat populaire de la chose publique, victime d’un sentiment d’exclusion,  exploitation de ce « rejet des élites » par des politiciens habiles et enfin, contre toute raison,  division suicidaire des forces de la gauche française, dont la marque de fabrique semble être de se tromper avec acharnement d’adversaire.

Aux électeurs des classes populaires et moyennes qui s’apprêtent à sauter le pas et voter pour « Marine », sur le mode « on a tout essayé pourquoi pas elle ? » il faut rappeler sans relâche les mensonges de l’extrême droite, et de son programme, incohérent, inapplicable, dangereux, qui appauvrirait d’abord les couches populaires, rappeler aussi les origines pétainistes et même fascistes des fondateurs de ce mouvement qui est le dernier, de par son hérédité « collabo » à pouvoir se réclamer de la France et du patriotisme, et montrer qu’il est l’antithèse de la République française et de ses valeurs de Liberté, de laïcité, de fraternité.

Ne pas se tromper d’adversaire et de moment !

Comment est-il possible que des hommes et des femmes politiques expérimentés, dont bon nombre ont par ailleurs et dans le passé, montré d’évidentes qualités et convictions, puissent à ce point jouer à contretemps ? Comment est-il possible que la gauche dans toutes ses composantes ne sente pas le danger, qui n’a jamais été aussi présent ? Comment, alors que tous ont été instruits par l’expérience, notamment celle de 2002, se fait-il que tout soit mis en place pour ne pas être présent au second tour ? Comment ne pas comprendre qu’il est nécessaire, à certaines périodes de l’Histoire, de distinguer adversaires prioritaires et secondaires ? Comment comprendre l’irresponsabilité et l’inconscience de tant de responsables, parlant, publiant, se répandant à tort et à travers dans l’espace médiatique pour étaler leurs états d’âmes au plus mauvais moment, quand tous les adversaires (les vrais) déjà hégémoniques dans les rédactions, n’attendent que ça pour mettre la gauche à terre ?

Ce n’est pas hypocrite d’affirmer et défendre l’idée que tout ne doit pas être dit, sinon notre Terre serait un champ de bataille permanent, aucun traité de paix ne pourrait être conclu, tous les diplomates seraient au chômage et la planète à feu et à sang.

Peut-être – et je n’en suis pas si sûr – est ce normal que les médias veuillent savoir et faire-savoir tout et à tout moment. Mais il n’est pas obligatoire que les responsables politiques se plient à cette règle, qui, si elle est vertueuse pour les journalistes, est dangereuse, voire criminelle pour ceux qui ont ou aspirent à avoir sur leurs épaules le destin des Etats et de leurs habitants.

Surtout habiles à faire oublier que tous sans exception, de Trump à Le Pen en passant par Sarkozy, sont de purs produits de ces « élites », et pas par le biais de la méritocratie mais par héritage familial),

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article